Mieux protéger les populations en Afrique : la sécurité sanitaire des aliments, enjeu important

Oct 17, 2018

Read english

Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), 91 millions de personnes souffrent de troubles d’origine alimentaire en Afrique provoquant, chaque année, le décès de 137 000 personnes, sur le continent.

La sécurité sanitaire des aliments est une question de santé publique cruciale et aussi un enjeu de développement agricole et commercial important. En effet, la préférence des entreprises agro-alimentaires installées sur le continent africain est de s’approvisionner en ingrédients locaux. Pour ce faire, elles doivent avoir accès à des aliments de qualité et à un prix compétitif pour satisfaire les consommateurs africains de plus en plus soucieux de leur alimentation. En l’absence de ces conditions, elles se voient contraintes d’importer ces matières premières.

La qualité et la sécurité sanitaire des aliments produits sur le continent sont donc le préalable à l’autosuffisance alimentaire de l’Afrique. Dans ce contexte, les méthodes d’analyse des aliments et des productions agricoles sur le continent sont fondamentales.

Elles furent notamment le sujet des discussions passionnées qui ont eu lieu lors de de l’atelier sur « L’utilisation des Méthodes d’Analyse des Aliments à des fins réglementaires », qui s’est tenu les 25 et 26 avril, 2018 au Centre de Recherche et Développement de Nestlé pour l’Afrique, à Abidjan.

Cette rencontre de haut niveau a été mise en œuvre par la Plateforme d’analyse des risques et d’excellence en réglementation des aliments (PARERA) de l’Université Laval à Québec (Canada), en collaboration avec la section Afrique Sub-saharienne de l’organisme de référence international sur le choix et la validation des méthodes d’analyse alimentaire « Association of Official Analytical Communities » (AOAC INTERNATIONAL). Elle rassemblait des experts, des scientifiques et des représentants des autorités compétentes et institutions partenaires, impliquées dans l’analyse des aliments à des fins règlementaires, en Afrique de l’Ouest, notamment en Côte d’ivoire, au Sénégal, au Ghana et au Nigéria.

Cet atelier, financé par le « Foreign Agricultural Service » du Ministère de l’Agriculture des États-Unis (USDA/FAS) et l’Agence de développement international des États-Unis (USAID) s’inscrit dans le cadre d’un programme d’initiatives visant le renforcement des politiques réglementaires de sécurité sanitaire des aliments en Afrique de l’Ouest. L’objectif est de promouvoir les pratiques exemplaires devant encadrer les décisions règlementaires sur les aliments, selon les recommandations de la Commission du Codex Alimentarius et ses organisations mères : l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et l’Organisation des nations unies pour l’agriculture et l’alimentation (FAO).

« Il est très fréquent que les échanges commerciaux des denrées alimentaires soient entravés par des différends associés à des résultats analytiques obtenus dans le cadre des processus de contrôles alimentaires. Il est indispensable que les méthodes d’analyse des aliments utilisées dans un cadre règlementaire puissent être sélectionnées avec minutie, en tenant compte de leur adéquation aux objectifs d’analyse et en obéissant à des critères de validation selon des lignes directrices internationalement reconnues. Ce n’est qu’ainsi que l’on pourra aboutir à des résultats analytiques dignes de confiance, conduisant à des décisions règlementaires en harmonie avec les normes internationales » a déclaré Dr. Samuel Godefroy, Professeur en Analyse des risques et politiques règlementaires, de l’Université Laval.

« Le programme de cet atelier a été conçu de façon à permettre aux participants de discuter des priorités d’harmonisation des pratiques d’analyse alimentaire en Afrique de l’Ouest. Il permettra de mettre l’emphase sur des questions de sécurité sanitaire importantes pour la région comme à l’échelle internationale, telles que l’analyse des mycotoxines » a ajouté Dr. Owen Fraser, Président de la section Afrique Sub-Saharienne de l’AOAC INTERNATIONAL, Co-Président de l’atelier et Spécialiste principal des méthodes d'analyse de l'Institut sanitaire des aliments et des sciences analytiques du Centre de Recherche de Nestlé.

Cet atelier a donné l’occasion aux participants de partager leurs expériences et apprendre davantage sur les pratiques et recommandations de l’AOAC INTERNATIONAL en vue de de développer des pratiques communes à l’échelle régionale, permettant une utilisation judicieuse de méthodes d’analyse des aliments à des fins de décisions règlementaires.

Pour plus d’information :

Dr. Owen Fraser, Président, Section Afrique sub-Saharienne de l’AOAC International, Spécialiste principal des méthodes d'analyse de l'Institut sanitaire des aliments et des sciences analytiques Owen.Fraser@rdls.nestle.com

Prof. Samuel Godefroy, Professeur en analyse des risques et politiques règlementaires, PARERA, Université Laval, Québec, QC.Canada: Samuel.godefroy@fsaa.ulaval.ca